Avec l’arrivée du printemps, de nombreuses personnes retournent à leurs sports chauds préférés. Pour de nombreux étudiants et athlètes adultes, cela signifie un retour à l’athlétisme. Il est important de vous renseigner sur les blessures courantes associées à votre sport afin de vous protéger contre les maux de dos et d’autres conditions qui peuvent vous empêcher de participer à une compétition.

Un certain nombre de blessures peuvent survenir au cours de n’importe quel sport. Ce qui suit décrit quelques blessures courantes associées aux diverses activités d’athlétisme.

Coureurs

La plupart des gens, qu’ils soient athlètes ou employés de bureau, ont tendance à avoir des ischio-jambiers plus faibles que les quadriceps. Ce déséquilibre abaisse le bassin vers l’avant et augmente la voûte lombaire. À mesure que le dos se cambre davantage, les disques entre les vertèbres sont comprimés de manière inégale et les articulations de la colonne vertébrale sont tendues. Combiné avec la force de secousse que votre corps subit lorsque vos pieds frappent le sol lors de la course, des problèmes d’articulations et de disque deviennent probables. Les ischio-jambiers faibles sont également sensibles aux souches. Les coureurs doivent veiller tout particulièrement à ce que leurs quadriceps et ischio-jambiers soient équilibrés en force et en flexibilité.

Un autre groupe musculaire que les coureurs doivent connaître est le groupe des fléchisseurs de la hanche, en particulier le psoas. Ce muscle est utilisé pour rapprocher la cuisse et le haut du corps. Le psoas relie la colonne lombaire à l’os de la cuisse et est fortement utilisé lors de la course. Les muscles psoas serrés et inflexibles tirent sur le bassin et créent la voûte lombaire exagérée que créent les quadriceps serrés. Courir sans retrouver la souplesse du psoas aggravera probablement sa rigidité et exacerbera le désalignement pelvien, qui à son tour provoque des douleurs lombaires.

Des étirements réguliers et une libération myofasciale peuvent aider à obtenir des muscles équilibrés en force et en flexibilité. L’assistance d’un physiothérapeute est bénéfique pour les personnes souffrant de blessures sportives.

Coureurs de haies

Les tensions musculaires sont courantes chez les coureurs de haies, en particulier à l’aine et à la cuisse. La souche de l’aine est généralement un signe de mauvaise forme ou de surutilisation. Si vous ressentez une douleur à l’aine sur le côté de votre jambe arrière, vous balancez peut-être votre jambe trop loin ou trop tard. Si la douleur est sur le côté de votre jambe avant, vous faites peut-être trop d’exercices avec les haies rapprochées.

Les tensions aux ischio-jambiers sont une blessure de surutilisation courante acquise par les coureurs de haies. L’ischio-jambier de la jambe avant subit une contraction excentrique lors d’un saut d’obstacles, ce qui signifie qu’il se contracte au fur et à mesure qu’il est allongé par le redressement de la jambe. Ce type de contraction s’accompagne d’un risque élevé de déchirure musculaire. La jambe de piste travaille dur pour pousser le corps du sol. La tension des ischio-jambiers est un signe qu’il faut s’arrêter, se reposer et s’échauffer suffisamment avant de s’entraîner.

Plus troublant qu’une simple foulure musculaire, les coureurs de haies doivent faire attention au dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque (SI). Les articulations sacro-iliaques se forment là où les os de la hanche rencontrent le sacrum à la base de la colonne vertébrale.

Les blessures aux articulations SI surviennent généralement lorsque les muscles et les ligaments qui les soutiennent sont affaiblis, déchirés ou resserrés. Les énormes forces subies par le bassin lors de la poussée du sol peuvent, avec le temps, déstabiliser le bassin, provoquant des douleurs articulaires importantes. Une bonne forme, un temps de repos adéquat, un bon conditionnement et un temps d’échauffement suffisant peuvent aider à prévenir cette condition.

Lanceurs

Qu’il s’agisse d’un javelot, d’un disque ou d’un lancer de poids, les lanceurs sont susceptibles de subir des blessures similaires. Les lanceurs d’athlétisme utilisent les muscles de tout le corps pour créer un élan; les lanceurs de javelot courent, tandis que les lanceurs de poids et les lanceurs de disque tournent.

La blessure par projection la plus courante se produit à l’épaule. Les blessures de la coiffe des rotateurs affectent l’ensemble des muscles et des tendons qui entourent l’épaule, lui donnant de la stabilité et permettant un mouvement de haut en bas et de rotation du bras. Les lancers répétés peuvent provoquer des déchirures des muscles ou des tendons.

Des foulures de la hanche et du bas du dos peuvent également survenir chez les lanceurs, en particulier les lanceurs de disque et les lanceurs de poids qui se tordent le corps dans le cadre de leur lancer. Les lanceurs de javelot peuvent également solliciter les muscles du dos lorsqu’ils se précipitent vers l’avant pour lancer le javelot.

La meilleure défense contre les blessures par projection est d’éviter de surmener votre bras et votre dos. Connaissez vos limites et prenez des périodes de repos adéquates entre les pratiques.

De nombreuses blessures sportives peuvent être évitées grâce à l’échauffement, au conditionnement, à la libération auto-myofasciale et à la volonté de donner à votre corps le temps dont il a besoin pour récupérer. Quelle que soit votre activité d’athlétisme, abordez-la d’une manière qui vous permettra de profiter de votre sport pendant de nombreuses années.